La Vierge allaitant

par Claude Ponsot

• Association
accueil
activités
éditorial
conférences
mécénat biblio
mécénat musée
sorties
agenda
articles

• Actualités
bibliothèque
musée
expos fcomté
expos ailleurs
du nouveau...
liens

Le 26 octobre 2003, Madame Stoullig, préemptait, au nom du Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon, une statue de pierre, polychromée, du XVème siècle, d'école bourguignonne, rare et d'excellente facture.

Cette statue avait été cédée au grand-père de l'actuel vendeur par un colporteur-brocanteur qui l'avait achetée à un paysan de Chaffois, petit village proche de Pontarlier. Là s'arrêtent nos certitudes relatives aux origines de cette statue.
Pour expliquer la présence de cette statue dans une ferme de Chaffois, l'hypothèse la plus plausible est qu'elle provient de l'église du village et qu'elle fut mise à l'abri par un paroissien courageux lors des époques troublées que connut le plateau de Pontarlier, soit au moment de la guerre de Dix Ans, marquée par les ravages exercés par les soudards de Saxe-Weimar, soit pendant la Révolution lors des affrontements très vifs entre le clergé réfractaire et les prêtres assermentés.

Vierge allaitant

Cette statue nous la disions rare, elle l'est à plus d'un titre. Tout d'abord le thème représenté : la Vierge allaitant. De cette époque et de cette école nous n'en connaissons que deux en Franche-Comté : celle-ci que nous pouvons appeler la «nôtre» et une seconde dans une propriété privée.
Puis la facture qui offre un détail unique dans la sculpture bourguignonne du XVème : l'absence de manteau. Toutes les Vierges portent un manteau qui peut soit tomber au sol en plis souples et cassés, soit être relevé «en tablier» par un des avant-bras de la Vierge. La présence du manteau confère à la statue une silhouette large et ample, c'est le canon bourguignon court et trapu. Ici la silhouette est fine, déliée et souple ce qui ajoute à son charme mais reste insolite, tellement insolite qu'il est, croyons-nous, unique.

Enfin, cette Vierge allaitant fait partie d'une série réduite à trois exemplaires : le «nôtre», un au Staatliche Museen de Berlin et un dans une collection privée en Bourgogne. Ces trois statues sont, au détail près, rigoureusement identiques. Ce détail étant la chevelure des Enfants, bouclée à Berlin, lisse chez nous et en Bourgogne.
Notre statue est la seule présentant une polychromie, certes postérieure mais toutefois très intéressante et qui mérite examen et réflexion.

Ces quelques lignes convaincront les Amis de l'excellence de cette acquisition qui fait honneur aux collections de notre Musée.

Claude Ponsot


retour haut de page

 
Asso | accueil | activités | éditorial | conférences | mécénat biblio | mécénat musée | sorties | agenda | articles |
Actus | bibliothèque | musée | expos fcomté | expos ailleurs | du nouveau dans les musées | liens |